top of page
  • Emma LE MOINE

Qu'est ce que l'éco-branding ?

L’éco-conception, c’est créer de manière écoresponsable,

  • en faisant attention au choix des matières premières,

  • en optimisant sa consommation d’énergie,

  • et ses méthodes de fabrication,

  • en fabricant localement,

  • en choisissant un mode de distribution plus propre

  • et en anticipant la fin de vie du produit.

On cherche à participer à une économie circulaire, limiter le gaspillage et la pollution.



Photo de Sylvain Boyer
Sylvain Boyer

Le concept

Si on réfléchit à un design graphique écoresponsable depuis les années 70, Sylvain Boyer théorise l’éco-branding en 2018.


Sa réflexion se structure en 4 champs d’actions :

les logos, la typographie, les couleurs, l’UI (les interfaces utilisateur.rice).


1 . Le logo


Prévoir une déclinaison de votre logo dédiée à l’impression, moins gourmande en encre : traits plus fins, les gros aplats remplacés par un tramage ou des contours etc…




2. Les supports imprimés

  • Choisir un format de papier classique et optimisez les chutes de papiers chez l’imprimeur : moins de découpes donc moins de gaspillage.

  • Allonger la durée de vie des supports : pensez long terme. Moins d’affiches mais sur des lieux stratégiques, Signalétique effaçable, panneaux d’affichage réutilisables (attention aux dates et adresses). Les plans, badges peuvent être prêtés et réutilisés, les catalogues consultables sur place etc…

  • Optimiser le contenu : Épurez au maximum ! Sélectionnez les informations pertinentes et pensez à la durabilité du support : “Fondé en 1996” plutôt que “depuis 25 ans”, supprimez les images inutiles, réduisez le nombre de pages, les tailles du texte, les applats de couleurs, utilisez des formes graphiques évidées, etc..

  • Envisager le PDF : Pour tous les documents internes et certains de vos supports de communication externes, consultables en ligne (ex : catalogue).



Bonus : travailler avec une imprimerie éco-responsable

  • Labellisé Imprim’Vert® : Ce label référence les imprimeries optimisant le recyclage des déchets, optimisant les dépenses énergétiques ou sengageant à ne pas utiliser de produits toxiques. Veillez à ce qu’elle respecte les points suivant :

  • Qui utilise des encres propres : Les encres à base d’huiles végétales biosourcées pour l’impression offset sont des encres propres, de bonne qualité biodégradables qui limitent la pollution de l’air. Évitez les encres à base de solvant, contenant des métaux lourds (barium, cuivre, zinc), certaines encres fluorescentes et métalliques.

  • Du papier recyclé : Il doit contenir au moins 50% de fibres de cellulose provenant de papiers usagés ou de chutes industrielles. Le recyclage du papier nécéssite 2 à 5% fois moins d’énergie et d’eau que la fabrication de papier neuf.

  • Et/ou du papier labélisé : Les labels tels que Ange Bleu, ÉcoLabel Européen, FSC, PEFC, L’Ecolabel APUR, Paper by Nature, l’Écolabel nordique ou Cygne blanc… vous assurent que le papier respecte l’environnement tout au long de son cycle de vie et est issu de forêts écogérées.

  • Qui imprime en off-set : En choisissant une impression off-set et non Pantone, vous évitez à l’imprimeur de nettoyer l’imprimante entre les impressions et faites donc une économie d’eau.

Attention aux effets d’impression : Pour faciliter le recyclage de vos supports et éviter la pollution de l’eau, des sols et de l’air, on préférera par exemple un vernis acrylique sans polymères à un vernis UV, on évitera les dorrures et certaines encres métaliques.



3. Choisir une "éco-typographie"

Une police consomme plus ou moins d’encre selon sa taille de corps, l’espacement des ses lettres, la graisse etc..


Exemples: Garamond, Century Gothic, Cambria… Plus récemment et spécialement conçue dans ce but : Eco font, Ryman Eco, Spranq eco font...


Le logiciel Écofont permet de convertir n’importe quelle police et de réduire jusqu’à 50% sa consommation d’encre.



4. Limiter la colorimétrie

Contrairement aux couleurs "Pantone", la quadrichromie permet de jouer sur la quantité d’encre de chaque couleur (cyan, magenta, jaune, noir) pour composer la couleur souhaitée, comme en peinture.

Cette quantité d’encre se compte en % et selon Sylvain Boyer, votre couleur est écoresponsable si le total ne dépasse pas 100%.


Ce dernier a mis en ligne un guide de 167 "éco-couleurs", disponible ici.



Quid du tout digital...

Le web est lui aussi très énergivore ! Un site e-commerce développé et hébergé dans les règles aura peut-être moins d’impact sur l’environnement en terme de gaspillage et de pollution qu’un énorme catalogue distribué dans toute la France…

Mais un flyer éco-conçu et distribué de façon ciblée sera plus neutre qu’une grosse campagne digitale. À vous de choisir la meilleure option !



5. Un site web et des applis éco-conçu.es

  1. Choisissez un hébergeur web écologique : Les serveurs, les centres de données et les systèmes de refroidissement consomment énormément d’électricité. Il est donc primordial de choisir un hébergeur qui utilise des énergies renouvelables et/ou locales. Ex : Infomaniak, PlanetHoster, iKoula, o2switch, Hostpapa…

  2. Éviter la vidéo : ça fait son petit effet mais c’est le pire en terme de temps de chargement et de consommation d’électricité. Hébergez au moins vos vidéos directement sur votre site et désactivez la lecture automatique.

  3. Réduire le poids des images : Encore mieux, limitez le nombre d’images. Veillez également à choisir le bon format d’image.

  4. Choisissez des font légères : Les typographies ont aussi un poids numérique qui dépend de la graisse utilisée plus elle est épaisse, plus elle est lourde.

  5. Hello dark mode my old friend : Les couleurs sombres demandent moins d’énergie pour être affichées.

  6. Améliorez le référencement naturel de votre site internet : Moins longue est la recherche, moins on consomme, c’est aussi simple que cela !

  7. Évaluez l’empreinte carbone de votre site ? Avec le site websitecarbon.com

bottom of page